Cassel, Franz-Peter (1784-1821)

From Bestor
Jump to: navigation, search

Botaniste et recteur de l’Université de Gand, né à Cologne le 3 novembre 1784 et décédé à Gand le 8 juin 1820.


Biographie

Franz-Peter Cassel est le fils de Regnier-Joseph-Antoine-Alexandre Cassel, docteur en médecine. Il commence son cursus dans sa ville natale et suit les cours de Ferdinand Franz Walraff (1748-1824), Pierre François Gall, Christian Kramp, Faber, Joeckel et d’autres. Il acquiert des connaissances en sciences et plusieurs langues modernes et anciennes. Cassel s’inscrit ensuite à la Georg-August-Universität Göttingen où il a comme professeur Johann Friedrich Blumenbach (1752-1840) a qui il dédicace, par la suite, ses œuvres. En 1805, il est proclamé docteur en médecine à Paris ; suite à quoi, il retourne au pays et est nommé professeur de zoologie, botanique et chimie au gymnase de Cologne.


En 1817, le gouvernement des Provinces Unies désigne Cassel comme professeur ordinaire d’histoire naturelle à la nouvelle faculté des sciences de la toute nouvelle Université de l’État à Gand. Les autorités hollandaises ont toutes les peines du monde à trouver des candidats compétents pour l’ensemble des postes à pourvoir dans leurs propres régions. Ils recrutent alors des spécialistes à l’étranger. Les savants allemands sont particulièrement appréciés par le gouvernement pour leur rigueur scientifique et parce qu’ils offrent un contrepoids à l’influence romane dominant les Pays-Bas méridionaux. Cassel accepte l’offre et s’installe dans la ville. En tant que botaniste, il profite du jardin botanique créé en 1796 comme dépendance de l’École centrale de Gand. En 1818-1819, il occupe la place de recteur à l’université[1].


Cassel est élu membre de Académie royale des Sciences et Belles-Lettres le 18 janvier 1819. Cassel est, également, intendant au jardin botanique, assesseur au collège de médecine de la Flandre orientale, membre de l’Academia Caesarea Leopoldino-Carolina Naturae Curiosorum[2], membre de la Société Minéralogique Ducale d’Iéna et membre de la Société physico-chimique de Groningue .
En 1820, suite à des problèmes de santé, il est contraint d’abandonner son enseignement. Il décède l’année suivante.


Travaux

Le principal traité de botanique écrit par Cassel est le Lehrbuch der natürlichen Pflanzenordnung, dans lequel il propose une classification des végétaux en fonction de la nature anatomique, de la nature des principes chimiques et des connaissances physiologiques de l’époque.


Il rédige en 1820 également la Morphonomia botanica sive observationes circa proportionem et evolutionem partium plantarum, cum figuris lithographicis. Cet ouvrage est considéré, à l’époque[3], comme un nouveau chapitre de la botanique générale. Cassel y consigne des observations sur les proportions relatives des parties situées dans les organes des végétaux. Les huit planches d’illustrations sont réalisées par Adolphe Quetelet.


Publications


Bibliographie


Notes

  1. Overzicht rectoren 1817-2006.
  2. http://www.scholarly-societies.org/history/1652cnc.html
  3. PLATEAU, F., "F.-P. Cassel", in Liber memorialis: Université de Gand: notices biographiques, Gand, 1913, p.7